Subventions mondiales à l’agriculture : la FAO appelle à un changement de paradigme

60

Dans le monde, l’agriculture fournit environ 4 % du PIB. Si jusqu’ici, ce secteur vital permet de nourrir une population globale en hausse, grâce des appuis financiers importants des gouvernements, les modes de production sont de plus en plus questionnés avec l’émergence des préoccupations environnementales et sociales. Dans son nouveau rapport « Multi-billion opportunity : Repurposing agriculural support to transform food systems », publié le 14 septembre dernier avec la PNUD et le PNUE, la FAO plaide pour une refonte totale des soutiens publics pour qu’ils répondent aux besoins des systèmes alimentaires.   

Des ressources financières préjudiciables à l’environnement et à la sécurité alimentaire

540 milliards $. C’est le montant alloué chaque année dans le monde par les gouvernements aux exploitants agricoles. Cette enveloppe considérable représente, d’après le rapport, près de 15 % de la valeur commerciale de la production agricole totale. Elle est principalement répartie entre les nations développées (pays de Union européenne, USA et Japon notamment) et les grandes économies émergentes comme la Chine, le Brésil, l’Argentine, l’Inde ou encore l’Indonésie.

Si un soutien budgétaire à l’agriculture reste crucial en raison de son importance dans plusieurs régions du monde, la FAO estime qu’actuellement, une grande partie de ce montant sert à financer des mesures qui génèrent des dommages environnementaux et nuisent à la sécurité alimentaire mondiale.

Il s’agit principalement des mesures de soutien des prix du marché intérieur (permettant de gonfler artificiellement les prix des produits agricoles) qui ont totalisé 294 milliards $ et les paiements liés à la production ou à l’utilisation d’intrants sans contraintes (245 milliards $).

Concrètement, selon l’organisation onusienne, ces dispositions incitent les exploitants à accroître leur production indépendamment des coûts réels qui sont gommés par les subventions et par conséquent participent à l’aggravation des pressions sur les sols, la biodiversité et l’eau.

Lire la suite: https://www.agenceecofin.com/dossier/1709-91604-subventions-mondiales-a-l-agriculture-la-fao-appelle-a-un-changement-de-paradigme

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

quinze + 12 =

Résoudre : *
13 × 22 =