Afrique subsaharienne : une croissance attendue à 3,7% en 2021 par le FMI…

56

Comme la Banque mondiale, le FMI prévoit une sortie de récession pour l’Afrique subsaharienne, cette année. Cependant, seulement 4 pays de la région enregistreront une croissance supérieure ou égale à 6%. Il s’agit du Botswana, des Seychelles, du Burkina Faso et de la Côte d’Ivoire.

D’après le nouveau rapport sur les perspectives économiques mondiales du Fonds monétaire international (FMI), l’Afrique subsaharienne devrait enregistrer en 2021 une croissance économique de 3,7%. L’institution de Bretton Woods a rendu publiques ses prévisions, quelques jours après celles de la Banque mondiale qui prévoit également une reprise économique, après la récession de 2020.

Sur le continent, cette croissance ne sera pas répartie de façon égale. Ainsi, selon le FMI, seulement quatre pays enregistreront une croissance supérieure ou égale à 6%. Parmi eux, seul le Botswana enregistrera une croissance à 9,2%, la plus forte du continent, qui sera probablement portée par la reprise de l’activité économique dans le secteur minier, dont le pays est un acteur majeur. Il sera suivi des Seychelles (6,9%), du Burkina Faso (6,7%) et de la Côte d’Ivoire (6%).

Bien que ces perspectives semblent se rapprocher de celles de la Banque mondiale, qui tablaient sur une reprise à 3,3% de la croissance de la région, certaines différences subsistent. Ainsi, alors que la Banque mondiale table sur une croissance à 0,4% pour l’Angola, le FMI estime que le pays d’Afrique australe ne pourra pas sortir de la récession cette année, et devrait afficher une croissance négative à -0,7%. Des perspectives qui ne sont pas sans lien avec la difficulté du pays à se sevrer de la dépendance au pétrole, sur fond de surendettement, alors que des élections législatives et présidentielle sont prévues pour l’année prochaine.

Au total, le FMI indique qu’outre l’Angola, la Centrafrique et la République du Congo connaîtront une croissance économique négative à respectivement -1% et -0,2%. Par contre, les deux plus grosses économies de la région, le Nigeria et l’Afrique du Sud devraient retrouver des croissances positives, marquant la sortie d’une crise économique qui les a plongées dans la récession. D’après le FMI, le géant ouest-africain devrait voir son économie croître de 2,6% tandis que l’Afrique du Sud enregistrera une croissance de 5%.

Notons néanmoins que toutes ces perspectives restent soumises à un bon déroulement de la lutte contre la pandémie de covid-19, notamment grâce à une campagne de vaccination aboutie. Pour 2022, le FMI estime que la croissance en Afrique subsaharienne devrait atteindre les 3,8%.

(Agence Ecofin)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

seize + 15 =

Résoudre : *
21 + 14 =