Récemment, des groupes de discussion ont été mis en place dans les zones du projet pilote, notamment à Mandiana et Siguiri. Après avoir couvert la commune urbaine de Mandiana et la sous-préfecture de Morodou, les efforts se sont étendus à la commune urbaine de Siguiri et à la sous-préfecture de Tintinian. Dans ces localités, un groupe de discussion a été formé, réunissant des représentants des ONG, des directions préfectorales des mines et de l’environnement, de l’administration du territoire, des collectivités locales et des médias. Ces groupes de discussion ont pour mission de sensibiliser, former et éduquer les communautés sur les dangers liés à l’utilisation du mercure dans l’exploitation artisanale de l’or, sous le thème « Comprendre les procédés d’exploitation et les options de formalisation possibles pour une EMAPE propre, durable et sûre ».

Lors de sa prise de parole, le représentant du ministère de l’Environnement et du Développement Durable, Bangaly Dioumessy de planetGOLD Guinée, a rappelé le bien-fondé de ce projet.

« Ces groupes de discussion mis en place ont pour mission d’informer, former, sensibiliser et éduquer les communautés sur les effets de l’utilisation du mercure sur la santé. En gros, c’est ça l’objectif. Nous avons espoir que ce projet est l’un des meilleurs de l’année, comme l’a déclaré hier le président de la délégation spéciale. Pour parler de développement local, il faut nécessairement garantir la santé et protéger l’environnement. L’équipe mise en place est un groupe mixte composé du ministère de l’Environnement, de l’administration du territoire, de la gendarmerie et des ONG de la santé. Nous visons à éradiquer l’utilisation du mercure dans l’exploitation artisanale de l’or pour contribuer à l’amélioration de la santé publique », a-t-il déclaré.

Prenant la parole, Mamadou Cissé, le Directeur préfectoral de l’environnement et du développement durable de Siguiri et président du groupe de discussion mis en place, a rassuré les initiateurs du projet de leur engagement à mener à bien leur mission.

« Le bureau mis en place ce matin va s’atteler à certaines activités, c’est-à-dire l’élaboration de son plan d’action dans lequel les activités seront définies afin de sensibiliser cette communauté pour que l’utilisation du mercure prenne fin. Nous nous engageons à tout mettre en œuvre pour réussir ce noble combat qui est un moyen efficace de protéger notre environnement et la santé des communautés locales », a-t-il assuré.

Au nom du préfet de Siguiri, le secrétaire général chargé des collectivités décentralisées s’est réjoui, avant de rappeler l’engagement des autorités préfectorales à accompagner le groupe de discussion mis en place pour la réussite du projet.

« C’est un sentiment de joie et de satisfaction pour moi par rapport à la mise en place de ce groupe. Le projet planetGOLD n’en est pas à sa première intervention dans notre préfecture. Ce projet vise à étudier, exécuter et suivre toutes les actions liées à l’utilisation du mercure dans l’exploitation artisanale de l’or. Au nom de Monsieur le préfet de Siguiri, c’est une immense joie pour la préfecture de recevoir cet important projet qui vient à point nommé. Pour ce qui est de notre devoir, nous autorités préfectorales de Siguiri, c’est de contribuer à la réussite de ce projet », a déclaré Amara Kaba.

La prochaine et dernière étape de ce processus de mise en place des groupes de discussion, entamé en début de semaine par planetGOLD Guinée, sera la commune urbaine de Kouroussa et la sous-préfecture de Komana.

Depuis Siguiri, Mohamed Lamine Kaba, attaché de presse du projet planetGOLD Guinée

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
30 + 4 =