Le Partenariat National de l’Eau de Guinée (PNEGUI) a organisé ce jeudi 30 mai une conférence-débat. Cette conférence marque la célébration en différé de la journée internationale de l’eau, tenue le 22 mars 2019. Au niveau international, le thème choisi est : « Ne laisser personne de côté ».

La rencontre a regroupé les acteurs du secteur de l’eau, de l’environnement et du développement durable. Elle a permis aux organisateurs de dresser le bilan annuel de leurs activités. Puis, d’engager un débat sur la problématique liée à la gestion de l’eau potable en Guinée et sur l’ensemble de la planète.

Selon les estimations, 361 enfants de moins de 5 ans meurent chaque année de diarrhée. Et 2 milliards de personnes n’ont pas accès à l’eau potable. Un chiffre que Kawé Bonimy, président du comité scientifique et technique du PNEGUI, estime alarmant quant à la mauvaise répartition de l’eau au niveau de la planète.

« Il ressort que dans le monde, 97% de l’eau que nous avons sont salées. Et 2,5 % sont non salées, elles se trouvent sous forme de glace. On n’a que 0,8% qui sont de l’eau douce et liquide qu’on peut utiliser immédiatement. Cette quantité de l’eau non salée qu’il faut distribuer entre les populations du monde ».

Pour ce qui est le cas de la Guinée, il ressort que la quantité d’eau produite est inférieure au besoin de la population. C’est que témoigne un travailleur de la SEG, Ouo Ouo Koulémou, trésorier au PNEGUI, estime que le problème est dû au manque d’infrastructures nécessaires.

« C’est l’occasion pour la SEG d’interpeller les autorités du pays pour l’appuyer. Nous sommes en crise d’eau potable à Conakry. Car la quantité d’eau que la SEG produit  est inférieure au besoin de la population de Conakry. En amont, on peut dire que la SEG ne dispose pas d’infrastructures nécessaires pour produire de l’eau suffisamment pour satisfaire le besoin de la population. Ça veut dire qu’il n’y a pas d’investissement du milieu par rapport au taux d’accroissement de la population », a-t-il affirmé.

Par ailleurs, le président du PNEGUI, El hadj Mamadou Alpha Hann, a, dans son discours de clôture, lancé une invite à chacune et à chacun à joindre les efforts pour préserver les ressources en eau en Guinée et partout ailleurs.

« Bien que notre pays soit désigné château d’eau de l’Afrique occidentale, la Guinée demeure à ce jour confronté à une énorme difficulté liée à la mauvaise gestion de l’eau. Il s’agit entre autres du manque de l’eau potable dans les ménages, de la baisse de la pluviométrie causée par la destruction du couvert végétal et de la disparition drastique de plusieurs de nos cours d’eau. Chacun ici présent mesure l’ampleur de la menace qui pèse aujourd’hui sur nos ressources en eau. C’est pourquoi nous vous invitons à conjuguer ensemble des efforts pour préserver nos ressources en eau », interpelle le président, El hadj Mamadou Alpha Hann.

La cérémonie a pris fin par des photos de famille en guise de souvenir.

Sylla Youn, pour guineeminesnature.com

Tél: 657 51 33 61

 

 

 

Retrouvez à travers les articles l'actualité complète sur les Mines et l'environnement de la Guinée mais aussi les actualités minières et écologiques dans le monde. Mr Younoussa Kass Sylla, Directeur de Publication contacts: +224662322478/657513361, Email:syllayoun87@gmail.com.

No Comments