Le mardi 16 avril 2024, la Fédération des Gestionnaires des Déchets de Guinée ( FEGEDEG) a tenu une rencontre d’échange avec ses partenaires techniques et responsables étatiques du ministère de l’environnement et du développement durable. Cette rencontre s’inscrit dans le cadre des préparatifs d’un atelier de présentation et de vulgarisation d’un rapport de consultation.

Au sortir de la réunion, le président de la Fédération des Gestionnaires des Déchets de Guinée, Sory Camara, est revenu sur les motifs réels de la tenue de cette rencontre.

« Cet atelier a pour objectif de préparer notre atelier national de présentation et de vulgarisation de notre rapport de consultation, mais aussi de faire des plaidoyers auprès des décideurs. En plus, c’est de mettre en place un groupe de travail auprès du ministère de l’environnement et du développement durable, qui aura pour mission d’appuyer le ministère de l’environnement dans la prévention et la gestion des déchets plastiques dans toutes ses composantes, que ça soit l’aspect technique, logistique, financier ou juridique« , a-t-il fait savoir.

Selon le président de la FEGEDEG, des groupes thématiques seront mis en place et travailleront en étroite collaboration avec les cadres du ministère de l’environnement et du développement durable sur des questions d’intérêt commun.

« C’est une rencontre très réussie, pleine d’orientation et d’espoir qui nous permettra désormais de travailler en synergie. C’est à dire, au lieu que les gens traitent la question de déchets de façon dispersée, on va tous se retrouver au sein d’une seule entité qui doit être reconnue par le gouvernement, qui doit travailler avec le ministère de l’environnement, qui aura le leadership en Guinée de gérer les déchets plastiques. Et ensemble, on va trouver des solutions durables ».

Par ailleurs, le président Sory Camara a tenu à solliciter des partenaires techniques et financiers un accompagnement continu afin de permettre à la Fédération de travailler en synergie  avec l’ensemble des parties prenantes.

« Tous ceux qui veulent nous apporter quelque chose, peuvent venir au ministère de l’environnement pour s’enquérir de quoi il s’agit. Nous avons mis en place les différents groupes thématiques avec qui ils pourront travailler », a-t-il ajouté.

La Rédaction 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
5 × 5 =