Dans le but de mettre fin à la pollution plastique, considérée comme une crise planétaire par certains,une véritable bombe pour d’autres et qui risque de doubler dans les prochaines années aux dires des spécialistes, un atelier international s’est ouvert à Conakry hier mercredi 4 octobre 2023. L’atelier qui est parti pour deux (2) jours a réuni une quinzaine de pays africains, notamment le Maroc, le Malawi, le Rwanda, l’Ouganda, le Sénégal, le Mali, le Gabon, la Tanzanie et la République de Guinée.

La rencontre a pour objectif de « fixer les priorités et les stratégies au compte de la troisième session du comité intergouvernemental de négociation sur la pollution plastique ».

Représentant son pays à cet atelier, Cheick Sylla, porte parole des participants, a magnifié le choix de la Guinée pour l’organisation de cet évènement.

<<Cette réunion de la Guinée est très importante car toutes les régions africaines sont représentées. Ce qui va émaner de cet atelier va aider le Groupe africain à Kampala de reprendre la position africaine sur la base de cette concertation de Guinée dans quelques jours>>.

Présente à la rencontre, la Ministre guinéenne de la Pêche, de l’Aquaculture et de l’Economie Maritime, Charlotte Daffé, a salué cette initiative qui vient renforcer une lutte déjà engagée par son département dans un secteur aussi fragile à la pollution plastique comme la pêche. <<La protection de la biodiversité dans sa globalité, surtout marine et terrestre, devient vraiment un phénomène mondial. C’est un combat commun que nous pouvons mener tous ensemble. Donc organiser un tel atelier pour élaborer un document consensuel juridiquement contraignant pourrait être quelque chose de très salutaire surtout dans un pays comme le nôtre où il y a beaucoup de déchets plastiques>>.

Avant de lancer officiellement les travaux de l’atelier intergouvernemental dans un grand hôtel de Conakry, la Ministre guinéenne de l’Environnement et du Développement Durable, a tenu à énumérer quelques impacts liés à la pollution plastique. Pour Hadja Safiatou DIALLO

« La pollution plastique constitue une crise planétaire ayant des impacts négatifs sur la santé humaine et l’environnement. Selon les récentes données scientifique et technique, il a été démontré que sans les mesures de contrôle mondial, la production de plastique pourrait doubler au cours des vingt prochaines années et la pollution plastique triplera d’ici 2040. Nous serons donc alors face à un fardeau inacceptable supporté par les générations actuelles et futures».

Il faut rappeler que cet atelier qui prend fin ce jeudi 5 octobre 2023, a été organisé par le Ministère de l’Environnement et du Développement Durable, à travers la Direction nationale des pollutions, nuisances et Changements climatiques.

Sylla Youn

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
30 ⁄ 5 =