Les membres du Réseau des médias africains pour la santé et l’environnement (Rémapsen), basé en Guinée, ont séjourné ce jeudi 16 novembre 2023 dans les locaux du Centre National de Gestion des Catastrophes et Urgences Environnementales. Un service public placé sous la tutelle du ministère de l’environnement et le développement durable.

Cette visite des hommes de médias au MEDD s’inscrit dans le cadre de l’établissement d’un partenariat entre le CNGCUE et REMAPSEN.

Au sortir de cette rencontre avec les responsables du service, le coordinateur national du Réseau, Moussa Iboun Conté, affirme que cette rencontre « s’inscrit notamment dans le plan d’action du Réseau dans le cadre de la promotion de ses activités en République de Guinée ».

<< Nous voulons que ce Réseau ait un encrage national . Nous avons commencé dans les organismes spécialisés du système des nations unies. Nous entamons l’étape des autres organismes en République de Guinée. Notre démarche va se poursuivre jusqu’à ce que le REMAPSEN soit installé dans les organismes publics dans notre pays. Nous voulons qu’il y ait une grande visibilité sur le REMAPSEN, et que les journalistes spécialisés sur les questions de la santé publique puissent être interpellés à chaque fois que ces institutions publiques et privées ont besoin, en matière de couverture ou de développement de leur visibilité sur les préoccupations des populations…>>.

De l’autre côté, le Directeur du Centre National de Gestion des Catastrophes et Urgences Environnementales, Alhassane Barry qui s’est exprimé. Après avoir brièvement présenté les acquis, défis et perspectives de son service, il se dit très heureux de cette collaboration, chose qu’il attendait depuis longtemps.

<< Notre service avait du mal à mettre main sur les médias. C’est ce que nous disons souvent, que les médias n’interviennent que lorsqu’il y a des catastrophes. Cependant, ils ont un très grand rôle à jouer dans le cadre de la réduction des catastrophes. Donc si aujourd’hui nous recevons un groupe de médias dans notre centre, c’est un grand plaisir. C’est une grande collaboration pour nous. Et nous sollicitons de ces médias aujourd’hui d’avoir plus d’informations dans le cadre de la réduction des risques de catastrophes. C’est pourquoi je répète toujours que les médias doivent maîtriser les concepts dans le cadre de la sensibilisation non seulement des populations mais aussi nous les acteurs ».

Il faut rappeler que cette rencontre qui a duré un peu plus de deux heures, et qui annonce déjà un début de partenariat promoteur entre ces deux structures, a pris fin par une photo de famille.

Mohamed Camara, pour guineeminesnature.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
18 + 8 =