La gestion des déchets ménagers et assimilés est un véritable défi pour les villes africaines, les pratiques actuelles de gestion des déchets dans les villes africaines entraînent des émissions des gaz à effet de serre ; la pollution dans les biodiversités dans les différents milieux ( sol, sous le sol, l’air , milieux marins et zones côtières, forêts et océans etc…); la survenue des catastrophes entraînant des migrations climatiques; la baisse des revenus agricoles et une menace potentielle du secteur de l’élevage, de la santé, de l’éducation , l’insalubrité est actuellement un facteur potentiel provoquant la pauvreté et un risque majeur pour le développement durable en Afrique.

Aujourd’hui, la gestion des déchets est confrontée à plusieurs contraintes, notamment l’absence d’une politique africaine de l’assainissement actualisée ; le déphasage entre les conventions internationales en matière de gestion des déchets et les réalités actuelles dans les pays africains etc…

Dans le secteur d’assainissement en Afrique, le cadre institutionnel, réglementaire et juridique reste très mal défini , ce qui n’améliore pas du tout la gouvernance dans la gestion des déchets.

Avec la pluralité des acteurs intervenant dans la gestion des déchets , le manque de clarification et la mauvaise définition du rôle de chaque acteur dans la chaîne de valeur de l’assainissement ; les questions de décentralisation dans la gestion des déchets, les conflits de compétences et de pouvoir, le faible niveau d’engagement des autorités ; le faible niveau de participation des acteurs du secteur privé, le faible niveau de financement dans les infrastructures de gestion et valorisation des déchets, le manque de valorisation des acquis et solutions existants ; le faible niveau de coopération, de synergie et de mutualisation des efforts, les problèmes d’inclusion, de mobilisation et participation de tous les acteurs sont entre autres quelques problèmes qui caractérisent l’échec dans les tentatives de gestion durable et intégrée des déchets dans plusieurs pays africains.

De nos jours, plus de 35 pays africains ont expérimenté la législation dans le secteur d’assainissement, notamment la production, le transport, la détention et l’utilisation des plastiques , des déchets dangereux et industriels etc…; mais les pays ayant défini ces législations sont tous confrontés à l’application stricte de ces lois dans l’ensemble des villes et dans les différents secteurs d’activités.

Les questions de Responsabilité Élargie aux Producteurs, les Responsabilités Sociales des Entreprises dans le secteur d’assainissement restent très mal orientées et définies en Afrique en général et en Guinée en particulier; ce qui ne favorise pas l’effectivité des responsabilités administratives, sociétales et citoyennes etc…

Nous sommes tous témoins de la dégradation très avancée causée par les mauvaises pratiques de gestion des déchets, notamment l’incinération des déchets , l’enfouissement et la contamination des nappes phréatiques dans les décharges à ciel ouvert dans les villes africaines, l’abandon des déchets dans les caniveaux et rigoles provoquant des inondations , la pollution des cours d’eau dans les zones minières accompagné des maladies hydriques et de plusieurs infections liés à la santé.

Face à ce fléau mondial, nous devons nous retrouver pour rectifier la trajectoire du secteur d’assainissement, en élaboration une politique africaine de l’assainissement, ma création d’un fonds africain de l’assainissement, des stratégies sous régionales de gestion des déchets en Afrique, la création d’une bourse Africaine des déchets et d’un observatoire africain de l’assainissement, la création d’une banque africaine de l’environnement etc…

La Fédération Des Gestionnaires Des Déchets De Guinée ( FEGEDEG) étant membre du Cadre des Gestionnaires des Déchets de l’Afrique ( CAGEDEA) , invite tous les acteurs autour du CAGEDEA pour mener des réflexions ensemble afin de proposer des solutions pour chaque problème identifié.

Ensemble, pour une Afrique Salubre.

Source : Sory CAMARA,
Directeur du Centre de Recherches Environnementales et de Valorisation des Déchets ( CREVADE).

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
8 + 16 =