Selon les spécialistes, la République de Guinée présente une prévalence de la cécité qui tourne autour de 1,5%. Si l’on prend en valeur absolue, on peut dire que le pays compte environ 65 000 aveugles, dont la moitié est liée à la cataracte.

Pour minimiser ce taux, le Programme National de la Santé Oculaire( PNSO), sous l’égide du Ministère de la santé et de l’hygiène publique, a lancé une campagne de chirurgie gratuite de la cataracte auprès des populations rurales et défavorisées. La Préfecture de Forécariah a abrité la cérémonie officielle de lancement ce mardi 19 mars 2024.

Financé par la Banque Islamique de Développement (BID), le programme va toucher neuf (9) autres ville du pays, notamment Coyah, Kindia, Dabola, Kouroussa, Faranah, Guéckédou, Macenta, Beyla, Yomou. Selon le Coordinateur National de la Santé Oculaire, Dr Pierre Louis Lamah, plus de 200 patients ont déjà suivi des opérations oculaires.

<< Aujourd’hui, nous sommes à Forécariah dans le cadre du lancement officiel de la campagne de la chirurgie de la cataracte. Une campagne qui est prévue dans dix districts sanitaires. Nous avons commencé par la préfecture de Forécariah et nous allons parcourir toute la Guinée. Dans chaque district sanitaire, nous devons opérer 400 malades souffrant de la cataracte et assurer la consultation pour 2 000. A date, nous avons plus de 200 patients opérés, mais la chirurgie continue, et également les consultations vont continuer jusqu’à demain. Et après Forécariah nous allons nous rendre à Coyah>>.

Les dix districts sanitaires identifiés par le programme ne disposent pas de structures d’ophtalmologie. D’oû le choix de ces préfectures pour mener cette campagne qui durera pendant trois mois. Après chaque opération, un mécanisme de suivi est mis en place pour assurer un contrôle permanent.

<< Le choix tient compte du fait que dans ces préfectures, il n’existe pas de structures ophtalmologiques. Ça veut dire que dans ces villes, les gens n’ont pas accès aux soins oculaires. Donc nous avons voulu apporter des soins oculaires de qualité aux populations les plus démunies et les plus défavorisées. Il ne s’agit pas seulement d’opérer, la qualité de cette chirurgie dépend du suivi post-opératoire. C’est pour cette raison qu’on a mis en place un mécanisme de suivi-évaluation de cette campagne. Tous les malades qui sont opérés sont fichés, on va revenir voir, quel est le gain d’acuité qu’ils ont pu récupérer. Notre souhait serait qu’après l’opération, les 90% de nos patients opérés aient une acuité visuelle supérieure ou égale à 5, au moins qu’ils aient de la moitié de la moyenne>>.

Les autorités préfectorales se sont fortement rejouies du déroulement de cette campagne. C’est le cas du Maire de la commune, Elhadj Aboubacar Bady Touré, qui réitère tout son engagement à accompagner ce processus.

<<La campagne a commencé depuis une semaine et elle concerne une dizaine de préfectures du pays. Nous rendons donc hommage au gouvernement et au président de la transition qui accordent une grande importance au secteur de la santé. Cela étant, je voudrais d’emblée présenter mes excuses, les excuses de la ville et de l’ensemble de ses citoyens pour les faiblesses que vous auriez constatées lors de cet évènement. Mais surtout je tiens à vous rassurer de notre totale disponibilité >>.

Après avoir invité la population de la ville à consolider la paix et la quiétude sociale, le préfet de Forécariah, Mohamed 5 Camara, a remercié le personnel soignant et les partenaires. Dans sa communication, il a lancé un cri de cœur à l’endroit des autorités sanitaires d’aider la ville de Forécariah à avoir sur place un service d’ophtalmologie.

<<Nous savons que la santé n’a pas de prix. Depuis l’arrivée de cette équipe médicale à Forécariah, c’est un honneur pour nous de les recevoir. La vue n’a pas de prix. Je demanderai humblement au ministère à travers son représentant de nous aider à avoir une équipe sur place qui va rester dans notre préfecture. Je remercie les partenaires techniques et financiers qui n’ont ménagé aucun effort pour aider la population à retrouver la vue>>.

Le Chef de cabinet du Ministère de la Santé et de l’Hygiène publique a présidé le lancement officiel de cette campagne. Dr Pépé Bilivogui a demandé aux citoyens souffrant du problème de vision de se mobiliser et de se faire opérer gratuitement.

<<[…]Je voudrais lancer un appel solennelle à toute la population, aux autorités administratives ou communales que tous ceux qui sont dans la préfecture qui souffrent de cataracte soit pris en charge. Mobilisez-vous et venez vous faire opérer, vous ne paierez rien, c’est gratuit, personne ne vous demandera un franc. Cette campagne est une activité ponctuelle, quand elle passe, ceux qui n’ont pas eu la chance de se faire opérer, quand vous voudrez aller dans les structures de santé pour vous opérer, vous serez obligés de faire face aux frais des soins de santé. Donc c’est une opportunité à saisir même ceux qui sont dans les villages les plus éloignés faites les venir>>.

Après une semaine de traitement, certains patients se frotent déjà les mains. C’est le cas de Elhadj Alpha Barry qui, depuis plusieurs années, souffre d’une trouble vision. Finalement, il se dit très soulagé.

<<Nous remercions les partenaires d’avoir offert ce cadeau si important à nous les citoyens qui avons perdu la vision depuis longtemps. Aujourd’hui nous sommes soulagés et nous avons retrouvé la vision. Aujourd’hui beaucoup savent lire même à distance. Nous remercions le jeune personnel qui a réalisé ce travail>>.

Il faut rappeler que ce projet a pour but de favoriser l’accès des populations aux services de soins oculaires complets et de qualité. D’où l’intérêt de la mise en place de cette campagne qui se déroulera sur l’ensemble du territoire national.

Sylla Youn, pour guineeminesnature.com 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
9 × 28 =