Le Botswana a évincé le Maroc de sa position de première juridiction minière la plus attractive en Afrique en 2022, selon le classement annuel du Fraser Institute. Il a également occupé la deuxième place mondiale en termes de politique minière, détenue un an plus tôt par le royaume chérifien.
Début mai, Fraser Institute, un groupe de réflexion indépendant canadien, a publié son rapport annuel sur les politiques gouvernementales qui attirent ou découragent les investissements dans l’industrie minière.
Le rapport de cette année classe 62 juridictions dans le monde en fonction de leur attrait géologique (minéraux et métaux) et de leur capacité de production, ainsi que les politiques gouvernementales qui encouragent ou découragent l’exploration et les investissements dans le secteur.
En 2022, le Botswana, qui s’est classé 31e l’an dernier, est devenu la juridiction minière la plus attractive en Afrique et la 10e à l’échelle mondiale. Le Maroc, huitième en 2021, s’est classé 16e en 2022.
Il a aussi récupéré la deuxième place occupée en 2021 par le Maroc en ce qui concerne la politique minière du gouvernement. Le royaume chérifien a quant à lui reculé à la 17e place mondiale.

Huit pays africains parmi les moins attractifs

Les résultats généraux du rapport sont cependant déplorables pour le continent africain en ce qui concerne son attractivité pour les investissements.
8 États africains font partie du top 10 des pays les moins attractifs et plus concrètement le Zimbabwe (62), le Mozambique (61), le Soudan du Sud (60), l’Angola (59), la Zambie (58), l’Afrique du Sud (57), la République démocratique du Congo (55) et la Tanzanie (53).

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
28 − 3 =