Pour assurer sa sécurité alimentaire en Guinée, l’État investit intensément dans la production agricole nationale.

En 2023, le budget alloué au secteur agricole a été doublé. 1900 milliards de francs guinéens ont été accordés au ministère de l’Agriculture et de l’Élevage pour soutenir la production nationale. Ainsi, la Guinée est devenue le 2ème producteur de riz en Afrique de l’Ouest derrière le Nigéria, assurant ainsi plus de 65% de sa consommation nationale en riz, contre moins de 50% pour la majorité des pays de la sous-région.

Entre 2022 et 2023, les importations de riz ont baissé de 9% en volume et une augmentation de 12% de la production de riz est attendue en 2024. Cette augmentation va renforcer l’approvisionnement des marchés et alléger la facture des importations de la principale céréale consommée dans le pays. Par ailleurs, la Guinée est le premier producteur mondial de fonio.

Sous le slogan « la refondation verte », le Gouvernement a pris des mesures pour inciter davantage la population, surtout les jeunes, à s’intéresser à l’agriculture en vue de réduire la dépendance du pays des grands producteurs mondiaux. La mécanisation des outils de production, la distribution de semences de riz et de maïs (6550 tonnes), l’octroi de crédits (234 milliards GNF), la subvention d’engrais (63 034 tonnes), la structuration des organisations paysannes ont été intensifiés.
L’accès des producteurs de la pomme de terre aux financements a boosté les performances du pays. La production est passée de 50 000 à 95 000 tonnes, conduisant à une baisse des prix de14 000 GNF à 6 000 GNF le kg entre février et juillet 2023. Grâce à l’appui du gouvernement, ce prix devrait être maintenu à partir de début mars 2024.
L’appui aux producteurs d’ignames en semences et herbicides ainsi que leur accès aux financements a entrainé l’augmentation de la production. Ces mesures ont également permis la baisse des prix du plus gros tubercule qui est passé de 35 000 GNF à 20 000 GNF sur les grands marchés de consommation.

La hausse de la production locale et la diminution des prix sur le marché constituent des indicateurs encourageants de la politique nationale agricole mise en œuvre. Le Gouvernement compte poursuivre ces efforts afin de positionner la Guinée au rang de grenier sous régional. Cependant, un grand défi demeure : celui de convaincre le consommateur guinéen de diversifier ses habitudes alimentaires pour réduire progressivement sa forte dépendance au riz. Sous le leadership du Chef de l’État, le Gouvernement s’attèle à relever ce défi.

Les autorités de la transition poursuivent leurs efforts d’approvisionnement du marché intérieur et à stabiliser des prix des denrées de première nécessité afin d’alléger le panier des ménages et d’améliorer les conditions de vie des populations.

Source : site officiel de la Primature 

Le titre engage guineeminesnature

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
22 − 14 =