Présidente d’une ONG de Défense de droit des femmes et des enfants, Nowaï Julienne Gbilimou est juriste et consultante administrative et financière aux Nations Unies pour la sécurité.  Elle est également écrivaine, en phase de conception d’un livre sur les violences faites aux femmes.

Notre rédaction l’a rencontrée pour partager son point de vue sur les conséquences des impacts environnementaux sur la vie des femmes en zone minière, et la place de celle-ci dans notre société. Nous invitons donc de lire ci-dessous la version décryptée réalisée par notre rédaction.

« D’abord, je pense que la femme n’a pas besoin de se battre pour avoir une place. La femme a déjà une place de choix dans la société. C’est juste que cette place n’est pas valorisée. Et pour la valoriser, ça doit commencer par la connaissance d’elle-même. Se connaitre, c’est de savoir qu’elle a une importance, qu’elle connaisse ses droits. Pour connaitre ses droits, il faut l’éducation, l’instruction. Il faut qu’elle ait assez confiance en soi pour revendiquer la place qu’elle mérite

Alors, concernant le secteur minier, vous n’êtes pas sans savoir que la Guinée est qualifiée de scandale géologique. Ce qui veut dire que nous avons d’énormes potentialités mais malheureusement qui ne profitent pas aux populations. Nous savons que la femme est entrepreneure de nature. Parce que c’est la femme qui se lève le matin bonheur  pour trouver quelque chose à faire pour pouvoir nourrir ses enfants et soutenir la famille. Et en Guinée, nous savons qu’il y a des sociétés minières qui exploitent dans nos différentes régions et qui amènent le problème de pollution de l’environnement, ce qui peut dégrader les terres.

Donc la femme qui doit cultiver la terre ou qui doit chercher de l’eau, si la nature est polluée elle va faire quoi ? Donc s’il n’y a pas de mesures environnementales pour accompagner les populations ça joue en partie sur les femmes. Lorsque la femme veut puiser et qu’elle se rend compte qu’une usine déverse des substances nocives dans l’eau, et que c’est cette eau qui lui permet de faire ses besoins et ceux de ses enfants, c’est aussi un autre souci. Donc moi je pense qu’il faut se pencher sur ce côté-là, pour voir à quel  point les mesures environnementales doivent être prises. Et lorsque les sociétés minières ne prennent pas des mesures ou leur responsabilité sociétale pour protéger les populations, ça va beaucoup plus impacter les femmes ».

Mohamed Camara, pour guineeminesnature.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
1 × 7 =