Le président du conseil national du patronat de Guinée (CNP Guinée) El hadj Habib Hann a animé une conférence ce vendredi 26 mars 2022 à son siège situé au quartier Boulbinet dans la commune de Kaloum. L’objectif était de faire la restitution de l’évolution des négociations de réconciliation et de la mise en place d’un bureau unifié.

Il faut rappeler qu’après plusieurs années de guéguerre au sommet de l’instance dirigeante, il est désormais l’heure de se réconcilier.  Quelques heures plutôt, une rencontre s’était tenue dans un réceptif hôtelier, à l’initiative du ministre du commerce, où El Hadj Mohamed Habib Hann a eu le dos large d’accepter le pardon de ses adversaires afin de mettre un terme à la crise au sein du patronat Guinéen.

« Lorsque nous essayons de bâtir un patronat fort, je pense qu’on ne voit que l’intérêt des entités de cette structure. Mon objectif a été, depuis que je suis élu à la tête du conseil national du patronat guinéen, le 10 décembre 2016, de tendre la main à tout le monde, parce qu’on ne peut pas de façon claire espérer développer des activités dans le pays en allant en solo. Ce n’est pas possible. Donc vouloir ne pas reconnaitre le mérite ou la participation d’un acteur du secteur privé guinéen c’est de refuser cette vision qui est une vision noble, celle de pouvoir diviser tous les acteurs du secteur privé guinéen dans une entité patronale afin de pouvoir évoluer en synergie d’action pour le bien du secteur privé guinéen », a fait savoir El Hadj Mohamed Habib Hann en présence de plusieurs de ses membres.

Dans la même intervention, il a annoncé la mise en place d’un bureau provisoire qui sera présidé par son ex-challenger, Ansoumane Kaba, le PDG de Guitter Mining. Mais pour Habib Hann l’idéal serait de bâtir un patronat relevant d’une institution forte et non des hommes forts.

« La présence de Kaba Guiter, c’était mon affaire, c’est un guinéen comme moi, ça peut être tout autre homme d’affaire qui pourrait éventuellement être à la tête du patronat guinéen. Je veux un patronat bien structuré, un patronat d’une institution forte. C’est pour cette raison que depuis les temps, j’ai demandé à ce que nous nous donnions la main pour que nous ayons une institution forte, ce n’est pas des hommes forts qui comptent au niveau patronat. C’est de faire le patronat une institution forte qui réunit à son sein des hommes forts ».

Le chef d’entreprise et fondateur du Think Tank Global Alliance PME, El hadj Habib Hann, se dit conscient des taches qui l’attendent, après la mise en place du bureau provisoire au sein de l’instance dirigeante (CNP-Guinée), notamment dans le cadre de la promotion du secteur privé guinéen.

« Le rôle que je vais mener, c’est d’amener au respect de l’éthique, de la déontologie, des principes et des règles, ce qui permettra d’œuvrer de façon très appréciable et très responsable à la formalisation de l’ensemble des activités du secteur privé guinéen, par rapport aux activités socioprofessionnelles. C’est ce qui permettra de rappeler des règles d’administration de gestion et suivi qui seront nécessaires pour une bonne gouvernance au niveau du patronat.  C’est un rôle que je fais et j’aurais plaisir de le faire, c’est une contribution que je ferai, c’est comme tous les autres frères qui sont au niveau du patronat, chacun pourrait le faire. Ça ne veut pas dire que je vais me limiter à cela ou que les autres vont se limiter à ce qu’ils sont en train de faire », a indiqué El hadj Habib Hann, tout en invitant ses membres à se donner les mains.

« La conclusion de ce que je vais vous dire aujourd’hui, c’est que le passé, c’est le passé. Ce qui importe aujourd’hui, c’est d’avoir une composante qui, main dans la main, va travailler pour le bien du patronat guinéen », a-t-il conclu

Sylla Youn, pour guineeminesnature.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
30 × 11 =