L’humanité a célébré ce dimanche 05 juin 2022 la journée mondiale de l’environnement. En Guinée, la commémoration de cette journée a coïncidé cette année avec la célébration du mois de l’Enfant. A cette occasion, l’association pour l’intégration de l’enfant (AIE) invitée pour la circonstance par le ministère de tutelle a mis l’occasion à profit pour inviter leurs camarades à aimer et protéger la nature.

Dans un discours lu par la porte parole de l’organisation, plusieurs recommandations ont été faites par ces derniers à l’endroit des cadres du ministère de l’environnement et des partenaires techniques et financiers de la Guinée en faveur de la protection de la nature.

« ..nous prenons part au côté du ministère de l’environnement à cette date solennelle du 05 juin pour célébrer la journée mondiale de l’environnement avec le terme sacré ( une seule terre) pour vivre en harmonie avec la nature ».

La planète terre connait une menace progressive, disent-ils, qui provient généralement des activités humaines. Il s’agit entre autres de l’énergie, les déchets, des procédés industriels, ajoute la porte parole de l’AIE.

« Sur la terre comme en mer, les déchets abandonnés impactent de plein fouet la biodiversité. En se décomposant, certains déchets libèrent des quantités de polluants qui dégradent les milieux naturels. A en croire les scientifiques, un million d’oiseaux et cent mille mammifères marins en meurent chaque année. Et d’ailleurs à ce rythme, d’ici 2050, on estime que les océans contiendront plus de plastiques que de poissons, environ sept cent millions de tonnes ».

Selon eux, il est loisible de constater qu’une véritable culture de silence est entretenue autour de ces menaces. Et pendant ce temps, de nombreuses conséquences se font ressentir à travers le monde.  Telles que des inondations destructives, l’augmentation de la température, modification rythmée des saisons et les crises humanitaires.

« Notre cri de cœur face à cette situation périlleuse ne doit et ne peut se limiter à une simple victimisation de notre part. Mais plutôt à une implication volontaire et effective de solidarité, d’exemplarité, d’engagement et de don de soi. La tache est certes d’une certaine ampleur, mais les conséquences qu’elle génère nous concerne tous et nous préoccupe vivement. Ce qui nous amène à y réfléchir et à y proposer certaines dispositions ».

Ainsi, les enfants d’AIE ont par ailleurs formulé des recommandations au gouvernement guinéen ainsi qu’aux partenaires au développement à faire plus d’actions sur le terrain.

« Au gouvernement, d’instituer une journée d’un arbre sacré d’Afrique (le colatier) qui se tiendra les 26 Août de chaque année. Au cours de cette journée, tous les enfants de la tranche d’âge de 10 à 13 ans planteront chacun un colatier dans son lieu de résidence. Dès lors, le mot « IMPOSSIBLE » ne devrait plus être un obstacle pour nous les enfants si nous voulons continuer à bénéficier des belles nuits, de la belle lune, du large ciel, du beau soleil et de la belle terre nourricière et pour être de grands gagnants et entrer dans l’histoire du climat par la grande porte ».

L’association pour l’intégration des enfants (AIE) a conclu son discours par lancer un appel à l’ensemble des enfants en ces termes : « Nous invitons tous les enfants de Guinée, d’Afrique ou du monde, à se joindre à nous pour aimer et protéger notre Mère Nature. Nous remercions tous les amis de la nature et tous les enfants du monde ».

Il faut rappeler que la Journée mondiale de l’environnement célébrée ce dimanche 5 juin 2022 autour du thème « Une seule Terre » est l’occasion pour les acteurs du domaine de faire un bilan des actions menées pour la planète et des nombreux défis qu’il reste encore à entreprendre.

Younoussa Sylla, pour guineeminesnature.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

3 + seize =

Résoudre : *
7 + 8 =