Cette découverte, qui permettra d’ouvrir une nouvelle province des hydrocarbures en Afrique du Sud, pourrait prouver la présence de milliards de barils d’équivalent pétrole dans les eaux sud-africaines.

JOHANNESBURG, Afrique du Sud, 7 février 2019/ — La découverte de gaz dans le bassin offshore d’Ooutiqua témoigne du potentiel caché de pétrole et de gaz de l’Afrique du Sud; donne l’occasion d’un dialogue constructif sur une législation attrayante et le développement de contenu local.

La Chambre africaine de l’énergie (www.EnergyChamber.org) se félicite de la récente découverte de condensat de gaz par Total dans le bloc 11B / 12B, à 175 km de la côte sud de l’Afrique du Sud. C’est un excellent premier pas pour le pays, qui dépend toujours des importations de pétrole et de gaz malgré les importantes réserves qui se trouvent probablement dans ses sols et ses eaux.

Cette découverte, qui permettra d’ouvrir une nouvelle province des hydrocarbures en Afrique du Sud, pourrait prouver la présence de milliards de barils d’équivalent pétrole dans les eaux sud-africaines, ce qui modifiera sans aucun doute le cours de l’économie du pays et contribuera à réduire sa dépendance à l’égard des importations.

« L’industrie pétrolière espère que cela stimulera et encouragera tous les décideurs politiques à créer un environnement commercial favorable aux activités d’exploration et de forage en Afrique du Sud, » a déclaré NJ Ayuk, Président de la Chambre.

« Nous pensons que l’Afrique du Sud a le potentiel pour que de nombreuses autres découvertes de ce type soient faites au cours des prochaines années. Le moment est venu d’engager un dialogue constructif sur le développement du contenu local pour que le secteur profite à tous les travailleurs et entrepreneurs sud-africains sur toute la chaîne de valeur et crée des emplois pour les les communautés. »

La découverte de gaz est opportune car le gouvernement sud-africain travaille actuellement sur une nouvelle législation séparant le pétrole et le gaz des minéraux traditionnels, et a publié l’an dernier un nouveau plan de ressources intégré (IRP 2018) qui ambitionne d’installer 8 100 MW supplémentaires en capacité de production d’électricité à partir de gaz en Afrique du Sud d’ici 2030.

Cela fait également écho à l’engagement accru du gouvernement sud-africain avec l’industrie pétrolière africaine et mondiale. Depuis sa nomination au poste de ministre de l’Énergie en 2018, Jeff Radebe a dirigé une forte campagne sud-africaine sur les marchés pétroliers en Afrique tels que le Nigéria, la Guinée équatoriale, l’Angola, le Sud-Soudan et de nombreux producteurs du Moyen-Orient,  et  a  assisté  aux  réunions  de  l’Organisation  des  pays  exportateurs  de

Pétrole (Opep) à Vienne. Il a aussi grandement contribué à la recherche de contrats pour les sociétés d’État sud-africaines telles que le Central Energy Fund et PetroSA.

« Les sociétés pétrolières veulent voir un leadership et une gouvernance saine où qu’elles investissent », a ajouté NJ Ayuk. « L’Afrique du Sud faisant preuve d’un engagement en faveur de réformes et de la création d’un environnement favorable aux affaires, l’industrie pétrolière est convaincue que le pays peut attirer les investissements nécessaires à sa révolution énergétique. »

Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.

Retrouvez à travers les articles l'actualité complète sur les Mines et l'environnement de la Guinée mais aussi les actualités minières et écologiques dans le monde. Mr Younoussa Kass Sylla, Directeur de Publication contacts: +224662322478/657513361, Email:syllayoun87@gmail.com.

No Comments