Au sortir de cette cession, le principal enseignement que tire le ministre des mines et de la géologie, c’est bien la qualité de la participation. Ensuite, l’engouement constaté auprès de tous les participants venus d’une quarantaine de pays. Mais pour lui les défis constatés restent cependant énormes.

Il l’a affirmé lors d’un point de presse qu’il a animé à l’occasion de la clôture des activités. :  « Malgré les progrès, il y a encore des défis. A l’issue des discussions de tous les ministres et acteurs du secteur qui se sont succédé au cours de ces journées,  toutes ces interventions ont montré qu’il y a une volonté réelle. Cette volonté se situe au plus haut niveau et au niveau de tous les acteurs pour pouvoir relever ces défis dans un cadre de dialogue et de partenariat pour pouvoir justement aboutir à un renforcement et une consolidation de réformes engagées. Mais aussi un développement plus partagé et plus responsable du secteur minier », dit-il.

Le Président de la République a aussi parlé de plusieurs aspects. A rappelé le ministre des mines Abdoulaye Magassouba toujours lors du point de presse. Parmi ces aspects, il y a le respect des engagements, non seulement par l’Etat, mais aussi par les sociétés minières.

« Il est important que la Guinée respecte ses engagements et honores ses obligations. Ces sociétés minières doivent en faire autant. C’est le déroulement normal d’un partenariat. Quand il y a un partenariat, il y a toujours des engagements, des droits et obligations. Pour que le partenariat fonctionne, il faut que ces partenariats et droits soient respectés des deux côtés. C’est ce que le Président de la République a tenu à rappeler pour interpeler tous les acteurs, à commencer par le ministère des mines et de la géologie, et l’ensemble des sociétés minières et tous les autres acteurs miniers ».

Après l’adoption du code minier en 2011, et amendé en 2013, un travail continu est en train d’être fait pour prendre en compte les questions de contenu local. A indiqué par la suite le ministre des mines, qui demande un engagement fort pour pouvoir s’assurer que des progrès au niveau des impacts environnementaux et sociaux sont en train d’être opérés.

« C’est pour cela que la bourse de sous-traitance a été créée. Car une politique de promotion du contenu local et les actions ciblées de promotion du contenu local sont réalisées. Nous sommes encore loin du compte. Nous devons accélérer le pas et continuer à travailler de façon assidue et engagée. Cela va nous permettre de nous assurer que des progrès au niveau des impacts environnementaux, sociaux et économiques sont réalisés. C’est pour pouvoir  améliorer significativement des conditions de vie des populations à travers des activités minières», a-t-il fait savoir.

Le thème de la cession ‘’Synergie entre les mines et les infrastructures’’ constitue selon le ministre la voie pour atteindre le but final de la politique portée par le président. C’est-à-dire la contribution du secteur minier à la transformation de l’économie nationale.

Avant de terminer, il promet de faire un document synthèse, qui sera appelée synthèse formelle, de toutes les discussions afin de partager avec tous les acteurs miniers. Aussi, il en fera un suivi, afin de faire du secteur minier un instrument de développement économique responsable.

Sylla Younoussa

Retrouvez à travers les articles l'actualité complète sur les Mines et l'environnement de la Guinée mais aussi les actualités minières et écologiques dans le monde. Mr Younoussa Kass Sylla, Directeur de Publication contacts: +224662322478/657513361, Email:syllayoun87@gmail.com.

No Comments