La Guinée est un pays reconnu pour son titre de château d’eau d’Afrique, mais sa population jusque-là vie dans un manque criard d’eau potable. De Conakry à l’intérieur du pays, le constat est le même. Pour rompre à ce déficit, la société Global Forage Sarl est au service du peuple de Guinée depuis plus de vingt ans.

En collaboration avec des guinéens, la société Global Forage Sarl se donne pour mission de doter à la population guinéenne une qualité d’eau potable profitable à tous. Son Agent Commercial, Monsieur Moustapha, énumère ici l’objectif de l’entreprise.

« Notre objectif, c’est de creuser des forages. Et pour faire un forage, il faut avoir un certificat d’analyse d’eau. Il y a des types de forages, notamment des forages commerciaux, des forages à équipements domestiques, avec un diamètre de 0-125m à 140m. Parfois, il y a des forages de 0-160 m de profondeur. Notre équipe est composée de 8 personnes : 1 sondeur, 4 aides sondeurs, deux agents commerciaux, un expatrié ».

Selon notre interlocuteur, creuser un forage, passe par plusieurs procédures : « D’abord, on commence par le remblai avec une machine efficace. Ensuite,  il faut 2 à 5 m de terre atteints, 4 m d’argile et 12 m de PVC pleins. On utilise le gravier pour le filtrage. Le PVC pleins de 33 m, ou PVC crépines de 24 m à 38 m.  Dès fois, une roche dure de 14 m. Il faut un Rotary, air, boue, mousse et le marteau final de trou avant d’avoir l’eau potable. Les négociations commencent par 0 à 80 m de profondeur d’un forage. Et facturer par profondeur. En cas d’échec ou manque d’eau dans l’endroit indiqué par l’intéressé, l’entreprise de forage sera payée à 50 % du montant conclus.» a-t-il expliqué.

Parlant des endroits les plus difficiles à creuser à cause de la qualité du sol, il ajoutera : « A Conakry, il y a trois points qui sont plus les difficiles à creuser malgré la puissance des équipements d’une entreprise, compte tenu de leurs profondeurs. D’abord à Bailobayah, dès fois de -0 à 140 mètres de profondeurs, il n’y a que des poussières. Après, c’est la mosquée d’Hamdallaye et Bambeto et Enco-5 jusqu’aux rails, la profondeur est de 0 à 160 m, dès fois même à 170 m. Mais de Matoto jusqu’à Lansanayah Barrage, cette zone varie entre 70 à 80 mètres de profondeurs.  Quant à l’intérieur du pays de Télimélé, ( Kambayah) kindia et Mamou et ses villes environnantes ( Balai, Timbo, Saaramoussayah, Gogome,  Faranah et Dabola etc, le sous-sol est de 70 à 75 mètres de profondeur. Et à certains endroits comme Dalaba et Pita, il y a l’eau. Mais il faut une profondeur de 120 à 140 mètres. De Forécariah jusqu’à la frontière de la Sierra Léone, c’est de 70 à 75 mètres de profondeur et c’est sablée encore. Donc il faut une technique avec des produits bac à boue. » a-t-il fait savoir.

Face aux multiples forages qui se trouvent dans les quartiers de Conakry, le géologue de la maison, M. Bah, recommande :

« Cette opération a un impact environnemental sur le sous-sol, compte tenu des multiples forages creusés dans un même endroit. D’abord les diamètres d’un forage et celui d’un puits ce n’est pas la même chose ».

Notre interlocuteur conseille à chacun d’éviter de creuser jusqu’à trois forages dans un même endroit, risque de provoquer un assèchement au niveau des nappes d’eau ».

M L Dramé pour guineeminesnature.com

Retrouvez à travers les articles l'actualité complète sur les Mines et l'environnement de la Guinée mais aussi les actualités minières et écologiques dans le monde. Mr Younoussa Kass Sylla, Directeur de Publication contacts: +224662322478/657513361, Email:syllayoun87@gmail.com.

No Comments